• Le Copain de mon père Allain Leprest

    Le copain de mon père

    Il venait en bout d'mois
    La, la, lalala
    On lui servait un verre
    Il s'en resservait trois
    La, lalala
     
    C'était un roi déchu
    Une épave, un fantôme
    Qui pointait au chômdu
    En attendant son trône
     
    Mon père l'accompagnait
    Jusqu'au bout du chemin
    Et froissait un billet
    Dans sa poignée de main
     
    Il s'app'lait p't-être Marcel
    Il roulait en vespa
    La, la, lalala

    A côté de sa selle
    Le copain de papa
     
    Le copain de mon père
    C'était un amiral
    La, la, lalala
    Qui boitait de travers
    Et flottait du moral
    La, lalala
     
    Il avait l'coeur cassé
    Il suçait des cachous
    Quand il nous embrassait
    On s'essuyait les joues
     
    Recalé d'la sécu
    Il brassait son roman
    Et des histoires de cul
    Qui f'saient rougir maman
     
    Il avait eu des femmes
    Des baisers, du tabac
    La, la, la
    Des mômes et même une âme
    Le copain de papa
     
    Le copain de mon père
    Il avait le nez bleu
    La, la, lalala
    Un pull-over tout vert
    Et un regard pluvieux
    La, lalala
     
    On l'appelait "Train-train"
    Il se taisait jamais
    Et quand il causait rien
    On croyait qu'il dormait
     
    Il avait cru des guerres
    Pacifié l'Algérie
    Mangé des pommes de terre
    Brûlé des champs de riz
     
    Il montrait des copains
    Vaguement morts là-bas
    La, la, la
    On regardait ses mains
    Au copain de papa
     
    Le copain de mon père
    Un jour, on l'a plus r'vu
    La
    On s'regarde, on se perd
    Ou on se perd de vue
    La
     
    Il a dû changer d'peau
    Se re-refaire du fric
    S'envoler au loto
    Le cul dans une barrique
     
    C'est drôle, mais c'est curieux
    C'est bizarre, ça me manque
    Son vespa, son pif bleu
    Sa gueule de saltimbanque
     
    Les souv'nirs sont des miettes
    Ca fait dix mille repas
    La, la, la
    Que j'rajoute une assiette
    Pour le pote à papa  


  • Commentaires

    1
    Dimanche 28 Janvier à 11:51

    les verbes sont choisis et chéris.

     

    2
    Dimanche 28 Janvier à 12:14

    Le pote de ton père était un être à part, il menait une vie chaotique et vivait ses passions.Un genre d'homme que l'on ne comprend pas toujours....

    Bon dimanche.

    3
    Dimanche 28 Janvier à 12:22

    ... la, c'est "cadeau"... Merci Philippe

    ce texte me touche particulièrement... mais pour moi, c'était mon pote à Dunkerque. Nous avons usé tous les bars du port de Dunkerque, entre deux réunions de dangereux "trotkistes"... ! Lui est parti trop tôt comme Allain, mais je l'entends toujours avec son accent dunkerquois...!Nous écoutions Leprest et Servat et Léo et etc...etc...

    Amicalement

    Pierre

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :