•  

    Pas de besoin. Juste envie de silence. Plus d’automatisme, ni de standardisé ni de monnayable, ni  de connexion.  Envie de rester vivant. Retrouver les hauts lieux de son âme.  Penser  et peut être appeler  les amis magnifiques. Fermer les fenêtres aux banquiers, aux perturbateurs doctrinaires. En finir avec les liquidateurs et tueurs de rêves. Laisser loin les faiseurs d’opinions  et de pognon, loin, loin… Clamer haut notre condition humaine et non  pas la nouvelle numérique. Laisser   les ordinateurs qui n’oublient rien, gardent tout  et qui ne savent pas faire pardon. Penser liberté et l’assumer. Vivre un peu seul en bel kairos.

    En soi

     


    2 commentaires
  •  

    la sauvegarde de la vie sauvage

    est désir profond

    plus qu'un impératif

    car

    nous en venons

    pierre, plante ou bien poisson

    et

    y retournerons

    en belle poussière d'humanité

    une mésange passe devant la fenêtre du salon

    je m'interromps...

     


    2 commentaires
  •  

    Les racines du silence.

     

    Les racines du silence

     

     

    Les soleils blancs meurent sous les ciels oubliés. Quelques uns se rappellent de règles simples. Les grands hommes, les idées pour durer, les saisons comme conseillères, le val de loir au cours de douces pensées protègent des lierres aux influences éphémères et durables à la fois.

     

    Aucun cercle. Aucun maître. Aucune certitude. Une attitude à trouver le silence. Les universels sont ils encore bien partagés ?

     

    Les mots :  azimuts, perspectives, sensibilités, hommes, pluriels, sens, mains, réflexions, espaces, évolutions, vie, vies, connaissances, mots, directions se sont installés autour de la grande table ronde toute en chêne. Ils ont traversé les temps et les esprits pour faire rencontre d’essentiel. Michel se tient dans un coin et parle d’essais à qui veut l’entendre. Maeva, Philippe, Jean- Claude, Paul sont partis cette semaine sans nous dire ils où ils allaient. Les mots nous aideront à ne pas les perdre complètement.

     

    Les soleils blancs meurent et se mettent à danser autour des vérités pour aiguiser nos envies d’être. Ils affirment que le principe de la liberté d’idées et de croyances est à défendre de plus belle. Ils placent l’être humain comme valeur et préoccupation centrale et tous les instants sont alors concernés. Ils savent que des milliards de soleils veulent leur place et pouvoir chauffer les personnes, les âmes et leurs œuvres. Ils veulent encore briller et comprendre pourquoi leurs rayons sont si sublimes.

     

     

     

    Une façon de nous écrire, entre êtres humains.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique