• origine de l'amicale des êtres

    origine de l'amicale des êtres

     

     Extrait du livre d’Olivier Lemire «  l’esprit du chemin »

    puis mes mots : la la la la, la la la

    Pays de Loire, d’Anjou, mon pays

     

    « Le voyage imaginaire au fil de la Loire, flottant sur le dos à sa surface, marchant le long des berges ou allongé dans une gabarre au milieu des boulets de charbon, m’avait réconcilié avec la lenteur. J’étais à nouveau prêt pour ce que la marche à pied comporte de plus précieux, la lenteur.

    Arpenter à pied les paysages que nous connaissons déjà leur donne une dimension nouvelle : une légitimité à vivre sous le ciel immense, qui devient lui aussi un paysage ; une intimité avec les arbres, les champs et les fleurs, aux contours si nets et aux couleurs si franches ; une simplicité dans le rapport aux autres, qu’illustre le geste ample de ceux que nous croisons quand ils nous saluent du bras. 

    Il y a aussi la satisfaction de vivre de peu et celle de prendre son temps, et sans doute cette modestie des besoins et la sensation du temps retrouvé font-ils désormais partie des biens les plus précieux.

     Ainsi, la campagne que nous traversons souvent sans en sentir la matière ni l’épaisseur retrouve par le miracle de la lenteur ses terres de noblesse. »

     

    mes mots

                       Alors, en route ?

    "La lenteur, dans ce village du Maine et Loir n’était plus celle du marcheur mais celle de la vie quotidienne." Ici, ce rythme nouveau, qu’il évoque p 104 est bien celui de mon enfance pendant mes vacances d’été à la ferme du pont-quoi.

     La conversation est bien dans ce pays de loir, une musique très nouvelle, à mes oreilles d’enfant. Les conversations dans le café sont ponctués par de vrais silences qui font ressentir les mots importants, les émotions, les chagrins, les espoirs.

    En ce pays d’Anjou et de Maine Nord, de sarthe sud, en cette vallée de Loir, le langage rend bien les mots forts, les tournures de phrases amoureuses du ciel et des gens. C’est vrai que le quotidien fait l‘actualité mais les idées de Paris ou d’ailleurs n’étaient pas pour autant moquées.

     C’est ici qu’est née l’idée de l’amicale des êtres. J’étais avec mon père, à pied sur la route du Pont-quoi;  vous savez cette photo publiée, sur le blog, il y a peu : la route avec le hangar et le marcheur absent.

     Un ouvrier agricole travaillant chez   martineau » arrêta son tracteur et nous dit.

    Ici les gens se parlent tous et se reconnaissent. Nous vivons en amicale.

     C’est vrai qu’ici on s’écoute, qu’on parle du sandre pris la veille, de la dernière crue du Loir.. je trouvais dans ses paroles, l’émotion de mon enfance, ce plaisir de vivre ensemble, le plaisir d’être ensemble, de faire ensemble, de rire ensemble, de regarder ensemble.

    Le mot "Ensemble" a pris dès lors la place du mot cordialement ou s ‘associe à lui, en fin de mes mails -  ce qui surprend encore quelques - uns.

    Cette humanité du bord de Loir est en moi à jamais.

     Il y a bien à Mareil sur Loir, une harmonie construite autour de la simplicité et la tolérance  en ce pays à la douceur angevine.

    Nous ne sommes pas perdus pour cette vie-là. En pays d’Île-de-France, certaines villes, certains villages, certains quartiers ont leur Louvre, un espace à la vie, un sentiment de se sentir à sa place.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :