• En silence

    Derrière l'effacement à l'écran

    caché de tous

    les mots et le cœur

    se faufilent

     en source de lumière

    silence

     


    4 commentaires
  • A la vie sommes tous rattachés.

    A cette journée, je vous aime toujours.

    Ensemble


    1 commentaire
  • Il y a un temps, sans doute, qu'il faut prendre pour rester presque uniquement en soi-même. Ce temps, est réflexion.Tu n'écris pas pour les autres, même pour les plus fidèles, les plus aimants. L'écriture pour rien que tu ne saches. Une écriture unique. C'est peut être à ce prix, quand tu auras vidé tes viscères, mis au propre tes idées passées sur le grand tamis., qu'alors tu pourras écouter l'onde et les divines surprises. Ce chemin d'écriture est peut être un livre ou un haiku ou un silence de mots qui ne se posera même pas sur la feuille ou l'écran. Ce temps qui n'existe peut être pas réellement, est peut être cet instant qui courent sous mes doigts. Et Laisser facebook en l'état, au dernier article sur l'harmonie.

    facebook

     


    1 commentaire
  • Né il y a trois siècles au Japon, le haiku est la forme poétique la plus courte du monde. Art de l'ellipse et de la suggestion, poème de l'instant révélé, il cherche à éveiller en nous une conscience de la vie comme miracle.

    De Bashô jusqu'aux poètes contemporains, en passant par Buson, Issa, Shiki et bien d'autres, Haiku est la première anthologie à présenter un panorama complet de ce genre littéraire, en lequel on a pu voir le plus parfait accomplissement de l'esthétique japonaise

    Pourquoi aimons-nous le haiku ? interrogent les préfaciers de ce livre. Sans doute pour l'acquiescement qu'il suscite en nous, entre émerveillement et mystère.

    Le temps d'un souffle (un haiku, selon la règle, ne doit pas être plus long qu'une respiration), le poème coïncide tout à coup avec notre exacte intimité, provoquant le plus subtil des séismes. Sans doute, aussi, parce qu'il nous déroute, parce qu'il nous sort de notre pli, déchirant une taie sur notre regard, rappelant que la création a lieu à chaque instant.

    Peut-être, enfin, parce qu'il sait pincer le coeur avec légèreté. Rien de pesant, rien de solennel, rien de convenu. Juste un tressaillement complice. Une savante simplicité.

    Fleur disponible - à ton simple éternel

    haiku - à ton simple éternel


    2 commentaires