• Donne - moi de mes nouvelles Allain Leprest

    Donne - moi de mes nouvelles  Allain Leprest

     
     

     

    Sans t'avouer que je me manque

    Donne-moi de mes nouvelles
    Dis-moi dans quel port se planque
    La barque de ma cervelle.

    Me crois-je encore guitariste?
    Comment vis-je, comment vais-je?
    Ai-je toujours le front triste
    D'un professeur de solfège?

    As-tu rendu au voisin
    La page du Télérama
    Dont il avait tant besoin
    'cause du Dalaï Lama?
    Vis-tu encore avec moi?

    How am I? I'm not so well
    De ma santé je m'en fous
    C'est surtout de mes nouvelles
    Près de toi dont je suis fou

     
    Ma chienne Lou est-elle morte?
    Ai-je arrêté de fumer?
    Combien de rosiers avortent
    Avant d'avoir parfumé?

    Est-ce que mon ombre chinoise
    A l'angle du cinéma
    A enfin payé l'ardoise
    Du restaurateur chinois?
    Vis-tu toujours avec moi?

    Donne-moi de mes nouvelles
    Et ma singlette à carreaux
    Fait-elle toujours des merveilles
    Au championnat de tarot?

    Connaît-on encore Leprest?
    Fait-il encore des chansons?
    Les mots vont, les écrits restent
    Souvent sous les paillassons

    C'est quelle heure de quelle semaine?
    C'est quelle saison de quel mois?
    Longes-tu toujours la Seine
    Au bras de mon frère siamois?
    Vis-tu toujours avec moi?

    Donne-moi de mes nouvelles
    File-moi le boléro
    Du téléphone à Ravel
    Et de mon dernier bistrot

    Comment vais-je? Comment boitent
    Mes pauvres pieds d'haricots?
    Et suis-je encore mis en boîte
    Avec mon drapeau coco?

    On s'est promis tant de plages
    Au bord des panoramas
    Es-tu encore du voyage
    Avant mon prochain coma?

    Vis-tu toujours avec moi?
    Viens-tu toujours avec moi?

     


  • Commentaires

    1
    Dimanche 28 Janvier à 10:37

    Se parler est parfois bénéfique !

    Bon dimanche

    2
    Dimanche 28 Janvier à 10:41

    Texte sur la maladie - la mémoire

    3
    Dimanche 28 Janvier à 11:21

    mon  voisin et ami Yves chanteur

     

    4
    l'amicale des etres
    Dimanche 28 Janvier à 11:41

    Biographie[modifier | modifier le code]

    Allain Leprest passe son enfance en Seine-Maritime : à Mont-Saint-Aignan « près de Rouen » comme il le chante dans ses deux chansons au même titre.

    À 27 ans, Allain se décide à faire ses valises et quitte la Normandie pour la capitale française. C'est à Ivry-sur-Seine, où il arrive grâce à Jean Ferrat, qu'il va vivre l'essentiel de sa vie, familiale et artistique.

    Auteur de génie[2], interprète magistral sur scène dans la lignée de la chanson poétique de tradition française, souvent comparé à Jacques Brel, mais demeurant inclassable par son talent, il écrit et interprète ses propres chansons, souvent mises en musique par Romain Didier, mais aussi par Étienne Goupil, Gérard Pierron, Richard Galliano, Luis Sylvestre Ramos, Jean Ferrat, François Lemonnier, Nathalie Miravette, Michel Précastelli, Daniel Lavoie, et d'autres.

    Allain Leprest est accompagné pendant près de dix ans par le pianiste Jean-Louis Beydon. Il sillonne la France, mais se produit également au-delà des frontières de l'hexagone. Il est ensuite accompagné au piano par Nathalie Miravette, de 2000 à 2011, ou par Léo Nissim, de 2004 à 2011.

     Les débuts[modifier | modifier le code]

    Né dans une famille modeste (son père est charpentier-menuisier, sa mère au foyer) où l'on aimait la chanson, Allain Leprest passe une enfance heureuse, mais tumultueuse aux côtés de son frère Georges (« Jojo »), de deux ans son aîné, et de sa sœur Pierrette à laquelle il rend hommage dans la chanson Bilou.

    À l'école, il prépare un CAP de peintre en bâtiment essentiellement pour rassurer ses parents, car il sait déjà qu'il se destine à la chanson. Dès son adolescence, il écrit des textes et s'essaye à jouer de la guitare avec son ami Jean-Paul Lainé qui lui présente Henry Dubos, chanteur de Haute-Normandie. Il abandonne très vite la guitare, écrit ses chansons chez Henry Dubos qui les met en musique, en chante quelques-unes : La Retraite, C'est rien, Le Québec, Doudou, Vava (dépôt Sacem et GDN 1982).

    Il commence à chanter dans les années 1970 dans des petits lieux de Normandie, Centre Malivoire de Canteleu (en première partie de son ami Henry), puis notamment dans le café-concert Le Bateau-Ivre à Rouen, entouré de ses amis Didier Dervaux, Fabrice Plaquevent, Jean-Luc Guillotin, Étienne Goupil, Manuel Gipouloux, Patrick Hangard et Martine Vépierre, sa première compagne[3]. La place située à deux pas de l'ancien Bateau-Ivre a été rebaptisée "Place Allain Leprest" en 2017[4].

    Au début de sa carrière, il exerce divers métiers comme travailleur social ou agent d'entretien. En 1980, il va à Paris dans l'espoir de devenir parolier. Ne trouvant pas d'interprète pour ses chansons, il les chante lui-même à l'occasion de débuts dans des conditions difficiles, notamment au Caveau de la Bolée dans le quartier Saint-Germain-des-Prés. Il est hébergé, avec sa compagne Sally et ses deux enfants, par un couple d'amis d'origine rouennaise dans un deux-pièces du <abbr class="abbr" title="Quinzième">15e</abbr> arrondissement. Parallèlement, il publie en 1981 un ouvrage de poésie intitulé Tralahurlette (préfacé par Henri Tachan).

    Il éclate lors du Printemps de Bourges 1985. Il tourne ensuite partout en France dans de nombreuses petites salles qu'il n'abandonnera jamais durant toute sa carrière, acceptant spontanément et généreusement d'« essuyer les plâtres » d'une première édition d'un festival ou d'un nouveau lieu de spectacle vivant.

    Il est l'ami fidèle et le porte-parole d'un véritable vivier d'artistes ivriens et d'ailleurs : Christian Paccoud, Jehan, Stéphane Cadé, Loic Lantoine, Florent Vintrigné, Yannick Delaunay, Philippe Forcioli, Alain Aurenche, Émile Sotocca, qu'Allain aimait retrouver dans les petits bars et autres lieux de spectacles populaires d'Ivry, de Paris (Le Picardie, Le Connétable, ou Le Limonaire où son ombre tutélaire continue d'irradier après sa mort…) et de la France entière. Tous ces petits lieux particulièrement affectionnés par l'artiste et dont il s'imprégnait volontiers pour en retranscrire toute l'atmosphère féconderont ses écrits. Disponible et attentif envers son semblable : ami, copain de passage, voisin… il n'hésitait pas à griffonner un dessin humoristique sur le bord d'une nappe en papier ou sur un carton de paquet de cigarettes qu'il offrait ensuite généreusement accompagné d'un clin d'œil ou d'une bonne blague. À l'exemple de ces milliers d'autographes offerts à son public — toujours personnalisés — souvent ornés du dessin d'une main représentée par une colombe.

     De Saravah à l'Olympia[modifier | modifier le code]

     
    Allain Leprest, Paris, 2003 - Photo jean-pierre copitet

    Allain Leprest fait ensuite un bout de chemin avec Saravah, la plus ancienne maison française de production musicale en activité, créée par Pierre Barouh. Deux albums studio sortent de cette collaboration. En 1992 tout d'abord, Leprest et Richard Galliano collaborent pour un album, Voce a mano, d'une qualité rarement égalée dans la chanson francophone depuis l'album Les Marquises de Brel. Minimaliste, l'album repose sur le concept « une voix, un accordéon » et est enregistré en prise directe, sans filet. Le talent et la personnalité de Leprest transparaissent dans chacune des chansons, notamment sur La Gitane et le dernier titre, C'est peut-être, point d'orgue de l'album.

    Fidèle à Ivry, Allain Leprest est l'un des premiers invités de Leïla Cukierman qui a créé les « résidences chanson » au théâtre Antoine Vitez d'Ivry, un théâtre donnant une place centrale à la chanson.

    En 1986, il écrit plusieurs chansons sur des musiques de Romain Didier pour l'album Vague à l'homme d'Isabelle Aubret (Grand prix du disque 1987 de l'Académie Charles-Cros) dont Sa Montagne en honneur à Jean Ferrat.

    En 1994, nouvel opus, <abbr class="abbr" title="Quatrième">4e</abbr> album avec, entre autres, Sur les pointes, Il pleut sur la mer. Ce dernier titre donne son nom à l'album de l'année suivante, témoin de son passage à l'Olympia. Il est alors accompagné par Jean-Louis Beydon au piano, Pascal Le Pennec à l'accordéon, et Olivier Moret à la contrebasse. Le tour de chant débute par Je viens vous voir qui s'achève sur ces mots : « C'est pour l'amour, pas pour la gloire, je viens vous voir… ». Le livret de ce livre-disque de 60 pages est illustré par le photographe Manuel Gipouloux. Parallèlement, Leprest écrit des textes pour d'autres artistes comme Juliette Gréco (Le Pull-over), Francesca Solleville ou Enzo Enzo.

    En 1999, il coécrit avec Loïc Lantoine les paroles de l'album Les Ailes de Jehan[5] de Jehan.

    En 2005, il rejoint le label Tacet de Didier Pascalis qui produit Donne-moi de mes nouvelles puis les deux albums Chez Leprest, hommage de ses amis auteurs et chanteurs, avec, lors de la sortie du premier album, en mars 2007, une soirée au Bataclan et, pour le second, en 2008, une soirée au Casino de Paris. Cantate pour un cœur bleu, ode à la Méditerranée sur des musiques de Romain Didier avec Enzo Enzo, Romain Didier et Jean-Louis Trintignant, sort la même année.

    Le dernier album, Quand auront fondu les banquises, arrive en 2009. Été 2011, un Leprest symphonique est en cours de réalisation lorsque son auteur-interprète se suicide. Les chansons qu'il n'a pas enregistrées sont gravées par Enzo Enzo, Kent, Sanseverino, Christophe, Daniel Lavoie et Romain Didier sous la direction musicale de ce dernier. L'album sort fin 2011.

    Allain Leprest a semé des textes durant toute sa vie. C'est ainsi qu'après son décès sortent encore des albums contenant des textes mis en musique avant ou après 2011. C'est le cas pour l'album Claire Elzière chante Leprest contenant 10 chansons inédites et 4 reprises (sortie août 2014) et pour l'album de Jean Guidoni Paris-Milan sorti à l'automne 2014.

     Notoriété

    Allain Leprest n'a pas bénéficié d'une large reconnaissance des médias télévisés, même s'il est passé à plusieurs reprises dans les émissions de Pascal Sevran ainsi que dans l'émission Des mots de minuit[6] de Philippe Lefait. En revanche, dès ses débuts, il a été très régulièrement invité à la radio par Jean-Louis Foulquier dans son émission Pollen, et par Isabelle Dhordain dans Le Pont des artistes (France Inter). Il est également très souvent question de lui sur France Culture dans les émissions de Philippe Meyer ou d'Hélène Hazéra. C'est cette dernière, ardente défenseuse d'Allain Leprest, qui a imposé au journal Libération de lui consacrer en 1998 la rubrique « Portrait » en quatrième de couverture[7].

    Méconnu du grand public, Leprest est reconnu et admiré par ses pairs et par ses aînés, dont Jean Ferrat, Juliette Gréco, Henri Salvador, Francesca Solleville, Anne Sylvestre, Claude Nougaro. Ce dernier a dit de lui :

    « C'est bien simple, je considère Allain Leprest comme un des plus foudroyants auteurs de chansons que j'ai entendus au ciel de la chanson française[7]. »

    Allain Leprest aura été un auteur prolifique avec plus de 1 000 chansons écrites, mais beaucoup moins d'éditées : seules 369 de ses œuvres sont répertoriées à la Sacem. Allain Leprest « offrait » et égarait beaucoup de textes. Par exemple, le texte d'une de ses chansons, La Fille du milicien (musique d'Eddy Schaff), qu'on a cru perdu durant de longues années, a été retrouvé après sa mort.

    Leprest est l'auteur de toutes les chansons qu'il a interprétées et enregistrées à l'exception de trois titres : Le P'tit Ivry de Manu Lods, Joyeux Noël de Rémi Tarrier et Melocoton, écrite et interprétée par Colette Magny en 1963.

     Thèmes de prédilection

    Trois thèmes souvent imbriqués, qui font surface dans presque chacun de ses textes, sont au cœur de l'œuvre de Leprest : l'enfance (La Gitane, J'étais un gamin laid, Good bye Gagarine, Nu, etc.), l'amour (Sur les pointes, Arrose les fleurs, Une valse pour rien, On leur dira, etc.) et les gens simples parfois marginalisés (La Dame du dixième, Je viens vous voir, SDF, etc.). Il en résulte des textes d'une grande poésie, à la fois très personnels et très réalistes, souvent organisés autour de la narration d'une histoire quotidienne au caractère parfois mélancolique ou nostalgique. Cependant, Leprest a toujours assuré que chacun de ses textes, fût-il sombre, ouvre la porte au bonheur.

    Leprest a également été le chanteur de la Normandie, région dans laquelle il situe ou sur laquelle il a écrit une foule de chansons (Rouen, Mont-Saint-Aignan, Y a rien qui s'passe, Saint Max, Martainville, Le Cotentin, Il pleut sur la mer, Le Passous-Cotentin...). Beaucoup d'autres de ses chansons contiennent des allusions à cette région (Mon Zippo et Mec citent par exemple la ville de Dieppe tandis que Je viens vous voir évoque Honfleur). Le disque qu'il enregistre avec François Lemonnier en 2008 porte par ailleurs le titre explicite Parol' de manchot.

     Vie privée

    Allain Leprest a eu deux enfants, Mathieu et Fantine, avec son ex-femme Sally Diallo, d'origine sénégalo-mauritanienne[8], qu'il a rencontrée à la fin des années 1970 à la fête de l'Humanité. Il a écrit de nombreuses chansons en hommage à sa compagne (Ma puce, Amoureux, La Courneuve, On leur dira…).

    Engagement politique

    Élevé par un père rétif à la hiérarchie et une mère catholique, Allain Leprest choisit de devenir membre du PCF[9]. Mais il est peu enclin au jugement moral en art et son propre engagement politique ne l'empêche nullement de rendre par exemple hommage à l'amateur de bicyclette que fut Antoine Blondin, pourtant politiquement proche de la droite et de l'extrême droite, dans une chanson portant le nom de celui-ci[7].

    Il a participé, lors de la fête de l'Humanité 2010, à l'hommage rendu à Jean Ferrat ainsi qu'à l'inauguration, en 2011, de la place portant son nom à Ivry-sur-Seine.

    Disparition

    Atteint d'un cancer des poumons, Allain Leprest, en rémission, se suicide le lundi 15 août 2011 à Antraigues-sur-Volane (Ardèche) où il était en vacances[10].

    Le 23 août 2011, il est, selon son souhait, inhumé au cimetière Monmousseau à Ivry-sur-Seine[11].

    Quelques jours avant son suicide, Allain Leprest a transmis à Francesca Solleville un texte intitulé Des impairs pour un impair qu'il lui a fait promettre de chanter. Francesca Solleville en a cité quelques mots à l'occasion de ses funérailles : « ni épitaphe, ni rature, saluez les morts d'amour ». Cette chanson figure dans le disque La Promesse à Nonna (2012).

    5
    Dimanche 28 Janvier à 11:57

    Bonjour Philippe 

    Je ne pouvais pas ne pas réagir lorsqu'il s'agit d'Allain Leprest. Un formidable auteur que j'écoute régulièrement ( en alternance avec Léo...), et surtout un "bon homme" comme il en existe rarement. Il n'est pas assez connu, ou plutôt je dirais qu'il ne s'est pas laissé avoir par les truqueurs du " chaud bise"...! 

    Et ce texte est en effet extraordinaire...!

    amicalement

    Pierre

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :