•  

    Un peu d'histoire

     

    La poire est apparue en Asie centrale. En Chine, sa culture aurait commencé plus de 4 millénaires avant notre ère. Elle traverse ensuite le continent asiatique pour atteindre l’Europe où les Grecs et les Romains furent les premiers à l’adopter. Dans la Rome Antique, la poire se consomme déjà crue, cuite ou séchée.

    Petit à petit, l’Europe fait sa connaissance. En France, elle apparaît au XVIe siècle et le roi Louis XIV la popularise grâce à son jardinier La Quintinie. Plusieurs espèces de poiriers furent cultivées dans le célèbre « potager du roi ».

    Au fil des siècles, de multiples variétés sont sélectionnées et retenues. En France, on en produit actuellement une dizaine. L’une des plus populaires est la Conférence, née en Angleterre. Elle doit son nom au prix qu’elle a remporté à la conférence nationale britannique de la poire en 1885.

     
     
     Bon à savoir 

    Le saviez-vous ?

     

    L’expression « entre la poire et le fromage » nous vient du XVIe siècle. À cette époque, le fromage était servi après les fruits, parmi lesquels la poire. L’expression désigne la fin du repas, et par extension un moment entre deux événements.

     


    2 commentaires
  • le rouge gorge

    bonjour l'ami

    qui m'accompagne

    toujours dans le jardin

    surtout si je gratte, ratisse, retourne la terre.

     


    3 commentaires
  •  

     

    Les terres mêlées.

     

     

    Le jardin pousse à l’universel.

     

     

     La terre de Bonnières et de Marcel Sembat se mêlent à celles  des jardiniers du roi Soleil.

     

     

    Les terres de Porcheville et de Viroflay font bonnes couleurs entre elles.

     

     

     Orgeval, Igny, et plaines d’alentour viennent jeter poussières d’avenir au pied des roses, camélias et bruyères.

     

     

    C’est là dans le discret paradis, que les mottes viennent s’offrir à la vie.

     

     

     L’if a désormais les pieds au chaud.

     

     

    Pierre Rabhi, y trouverait peut être aussi, ici là, beauté et mystère.

     

    Ah oui, il y en a des litres de terreau, d’humus, de la terre arable à gogo.

     

     

     Quel bonheur de voir les traces des pattes de Paco dans la terre fraîche, les feuilles mortes éparpillées par les corneilles dans la pelouse, à la recherche de vers de terre…

     

     

     Je pense un peu au fertile qui trouve la cohérence et  la beauté.

     

     

     Le jardin chante l’éthique du monde.

     

     

    Les terres mêlées.

    les terres mêlées

     


    2 commentaires
  •  

     

    Le lis oriental. Il en a fallut du temps pour que cette fleur se pare de sa robe fuchsia. Hyacinthos, à sa vue, en demeure encore interdit. Ne vous avisez pas de la cueillir, Perséphone, pour sa part en est restée en monde  souterrain.

    J’imagine toutes ces nouvelles générations, refaire le monde avec ce pistil, gage de la prospérité de notre espèce rêveuse.

    Je le respire et je sens le miel et le poivre à la fois (absolument), alors je pars sur les rives du temps et  rejoins  vos bras.

    Mallarmé, au soir venu dit tout bas «  et tu fis la blancheur sanglotante des lis qui roulant sur des mers de soupirs qu’elle effleure… »

    je te choisis et t’embrasse.

    Amitiés.

     

     

    le lis

    .

     


    votre commentaire
  • Le compost est un allié précieux pour le jardinier. Plantes en pot, légumes du potager, massifs fleuris, arbres fruitiers, arbustes, gazon : toutes les plantations peuvent bénéficier de ses apports nutritifs. Et comme le compost permet aussi d'améliorer durablement le sol, on n'hésite pas à l'utiliser... sans modération !

     

    compost


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique