• Georges Gaste

                                                   Un Orient sans mirages: Georges Gasté 

     

    Exposition du samedi 4 novembre 2017 au dimanche 18 février 2018 Musée Lambinet Versailles

     

    Dans la grande famille des Orientalistes, Georges Gasté (1869-1910) est un peintre et photographe atypique : alors que le voyage en Orient servait le plus souvent à reproduire en atelier les fantasmes de quelques uns, cet artiste a pleinement vécu l’Orient, immortalisant en reporter inspiré les populations locales qu’il côtoyait, en Algérie, puis en Egypte et en Inde.

     

    Recherchant jusqu’à l’obsession l’émotion et la vérité, George Gasté a créé une oeuvre vibrante et forte, qui affirme un regard d’auteur d’une surprenante modernité, notamment dans ses photographies.

     

    L’exposition Un Orient sans mirages a été conçue comme une suite logique de celle que le Musée Lambinet a consacré du 20 mai au 16 juillet 2017 au peintre orientaliste André Suréda, composant ensemble une « saison orientaliste » à Versailles.

     

    L’exposition consacrée à Georges Gasté répond à un double objectif : raconter l’histoire d’une vie et d’une oeuvre confondues, mais aussi inviter des artistes contemporains, français et orientaux – Nadia Benchallal, Jean de Boysson, Jacques Chauchat, Hugues Decointet, Faisal Samra – à réagir à l’oeuvre de Gasté.

     

    Une manière de nous faire comprendre qu’à toutes les époques, des artistes ont créé des passerelles fécondes entre Orient et Occident, à l’image de ces peintures et photographies de Gasté, invitations au voyage, mystérieuses et poétiques, qui racontent un Orient à la charnière entre deux siècles, bien loin d’un mirage…

     

    Commissariat : Aude de Tocqueville
    Scénographie : Pierre David

     

    Je suis allé à l'expo et j'ai passé la passerelle 

    et photographié ses toiles et photographies.


    philippe

     

     

     


    2 commentaires
  •                                                                                     La mer


    J'écoute la vague s'écraser, lourde de tous nos présents. Je vois l'écume d'abord blanche, puis qui prend les couleurs vertes de l'océan sans se plaindre.


    Je pourrais rester là des heures à regarder le tableau de Rinat Animaev en écoutant le grondement des années au cœur des embruns.

    la mer


    Les rouleaux montent encore et déposent le sel de mes souvenirs sur ma peau frissonnante.

     


    1 commentaire
  • Les chemins d'art - portes ouvertes - Cachan

    Le dupli mêlé

    Dominique Coutrot


    1 commentaire
  • Comme une évidence

    Pissarro

    pour toujours


    3 commentaires