•  

     

    Sédentaire,

     

    définitive nomade

      

    Tout en ligne d’horizon

     

    autre féminine compagne.

     

     

    Sédentaire,

     

    en creux de souvenirs,

     

      

     nos devenirs,

     

     les mots s'accrochent

     

    Au marbre du temps.

     

      

    Nous voilà,

     

    quelques instants

     

    frissonnants

     

      

    Les mots comme porte-voix

     

     

    Les silences entre nos lectures croisées.

     

    à faire livre de soi

     

     

    Vos visages ne me sont pas inconnus

     

    sans connaître vos traits

     

    je vous devine régner sur vos empires

     

    jeunes contrées.

     

     

    Participons de cette vie

     

    A fleuve d’encre

     

    engagements réciproques.

     

    L’écriture rend compte

     


    votre commentaire
  •  

     Il avait un livre sous le bras. Jamais le même. Celui-ci dégageait une odeur particulière.  Il allait dans sa chambre faire provisions de sensations. Il l'avait acheté sous un porche garni de la rue Lévy.

    Les yeux fermés, il sentait le papier imprégné. Une odeur fine, secrète, si singulière qu'il savait qu'elle l'avait touché, rangé, étiqueté et comble du bonheur peut être annoté. Il entrait dans un univers de promesses, oui de  croquantes promesses.

    Loin la ville, loin la salle serveurs, loin les heures universelles. Il lisait avec avidité le titre,  la note de l'éditeur, la page de couv, la deuxième et s'imaginait déjà devenir apprenti écrivain en le lisant. Une houle faisait rouler sa tête sur l'édredon. Juillet était en bord de saison - la sienne -

    A demi-nu, il regardait le ventilateur qui séchait sa sueur dans ses pores avant qu'elle commence à couler sur son torse noir velu. Il avait un livre dans les mains et une heure encore à jouir en tête à tête. Entre deux personnages fous l'un de l'autre...

    2 juillet 2010


    1 commentaire
  • Les livres sont sauvés de la pluie et de l’oubli.

    Les livres sont sauvés de la pluie et de l'oubli.

     Le temps peut reprendre son cours. Les cendres de nos souvenirs vont rejoindre l’éternelle question. Le ciel se déchire à présent et la lumière s’engouffre dans mon âme. La vie et la mort se jouent de nous et font la ronde, comme des folles. Je vais ouvrir le sol pour y planter un grand rosier blanc. La journée coulera alors vers les plaines de nos aïeux. L’enfance fera sans doute dresser des montagnes à l’horizon de mes pensées.

    Ensemble.

     


    1 commentaire
  •  

    Cette envie de regarder l'ébéniste travailler le bois d'amarante. Lire le fil du bois, surtout celui des deux marches de l'escalier en hêtre de 1936, fendu, il y a deux jours, par quelle énigme, par quel secret géologique, par quelle chaleur des âmes ?

    Cette envie de reconnaître les bois du douglas qui va du vert au jaune rosé, au brun rouge..que connaît bien l'ébéniste  Mathieu Delannoy, installé à Viroflay.

    Cette envie de rencontrer les livres de Pascal Quignard.

    Cette envie permanente de sortir du circuit social où ceux que j'aime, continuent d'accepter d'être pour moi" domestiqués", "urbanisés" ",utilisés" pressés d'accepter, de subir ce que La Boétie appelle la "servitude volontaire".

    Cette envie d'appréhender le vide, de laisser le paysage, l'abeille  et le soleil timide du jour me faire m'oublier.

    Comme il est parfois  écrit et par quelques uns vécus comme le fait Pascal Quignard : fuir les puissants avec en tête que seule la solitude est référente.

    Cette envie d'aimer Anicroche, Huguette... les voisins, voisines, ses proches et tous les proches en

    Envie d'écrire les envies (texte  avril 2013)

    sel de vie.

     


    votre commentaire
  •  

     

    Quelques extraits de livres, pensée personnelle

     

    Pour Cécile, Antonin, Joséphine, Anne, Victor

     

    Et ceux qu’ils aiment.

    extraits de livres

     

     

     

    N’aie pas honte d’être homme, sois - en fier ! Car en toi une voûte s’ouvre sur une voûte, jusqu’à l’infini. Jamais tu ne seras parfait, et c’est très bien ainsi ! Thomas Transtromer «  arcs romans »

     

     

     

    Que les croisements sont beaux. Les croisements de chemin, les croisements d’idées, les croisements d’hommes et de femmes. Tu croises d’innombrables foules, d’innombrables personnes. Tu en remarques quelques uns. Certains le temps d’un regard, d’un sourire, des deux ; Tu retiens leurs visages, leurs noms, leurs trajectoires parfois. Tu en oublies, c’est normal, c’est dans l’ordre des choses. Pour d’autres, tu prends contact, tu noues des relations, tu consolides des liens et tu franchis avec eux des montagnes.

     

    C’est vrai que pour la plupart, ce sont tes voisins de Terre, tes contemporains. Ils vivent en même temps que toi. Par contre tous forment l’ensemble, l’essentiel, notre condition.

     

    Vous êtes Anne et Victor de très belles existences, belles personnes avec qui marcher prend tout son sens de vie.

     

     

     

    Un homme libre ne pense à aucune chose moins qu’à la mort, et sa sagesse est une méditation non de la mort mais de la vie – Spinoza.

     

     

     

    La culture n’est ni un exercice d’archives, ni une affectation de sérieux, ni une imitation à suivre des sentiers fléchés d’avance, avec obligation de rire là et d’admirer ici. C’est d’abord un plaisir. A chacun de le prendre où il veut. Jean d’Ormesson «  saveurs du temps »

     

     

     

    C’est là l’utilité de l’alpinisme en particulier qui apporte en outre des qualités morales et de recherche, des habitudes de vaincre qui peuvent aider à contraindre l’inconnue à reculer. Il contribue aussi directement à la connaissance par les terrains nouveaux d’exploration qu’il suppose. Allain Pierre Alpinisme et compétition chez Arthaud. – J’ai pris cette phrase p30 en recherchant le Mont HEIGER dans les livres d’Anne et de Victor à Le Monêtier les Bains.

     

     

     

    Si par une soirée tranquille, à ma fenêtre, je pense à de vieux amis tout en contemplant la lune, et si j’entends les cris du singe, je mouille ma manche de mes larmes.  La mémoire des sentiers – Michel BUTOR entretiens avec Fabrice Lardreau.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique